mercredi, avril 7, 2021

Le ministre Cardy doit écouter les experts

« Jusqu’à présent, j’ai entendu les gens dire que le statu quo était suffisant. Nous devons juste faire la même chose qui n’a pas fonctionné – plus et plus fort et je pense que ce n’est pas une approche de politique raisonnable, alors je ne la suivrai pas. »
Le ministre de l’Éducation Dominic Cardy a fait cette déclaration concernant son amendement controversé à la Loi sur l’éducation dans le Telegraph-Journal ce qui permettrait à des enseignants ressources d’administrer des évaluations psychologiques qui devraient être seulement administrées par des psychologues agréés et qualifiés.
Depuis l’annonce de ces amendements, M. Cardy a essayé de se présenter comme la seule personne qui essaie d’aider les élèves et que tous les opposants de son idée ont des intérêts spécifiques, ne se soucient pas des élèves ou ne comprennent pas le problème.
Ce type de rhétorique des politiciens est dangereux. Lorsqu’un politicien rejette les opinions des experts et des critiques valables, car cela est en contradiction avec son point de vue, nous avons un problème.
Le ministre Cardy n’est pas un expert en psychologie. C’est un fait. Alors lorsque les experts lui disent que le plan qu’il propose entraînera probablement de gros problèmes, il doit écouter.
Pour ce qui est de sa déclaration ci-dessus, encore une fois, M. Cardy se présente comme la seule personne raisonnable sur ce sujet.
Premièrement, personne ne recommande que le statu quo continue. Toutes les personnes impliquées veulent voir des changements au système. En ce qui concerne les psychologues scolaires, un meilleur recrutement et un meilleur maintien en place sont la meilleure méthode. Un plus grand nombre de psychologues dans le système signifie une réduction du temps d’attente pour des évaluations et des interventions précoces. En fait, il y a un comité du gouvernement qui travaille sur ce sujet – Comité stratégique des ressources psychologiques. Il est composé de parties prenantes, de différents ministères du gouvernement, d’experts, de psychologues, etc.
Le comité travaille sur des idées pour recruter et maintenir en place plus de psychologues. Peut-être que le ministre devrait les consulter afin de savoir comment amener des psychologues et les garder dans le secteur public.
Peut-être que si le ministre Cardy aurait présenté ses amendements au groupe, ce désordre aurait pu être évité, mais le comité n’a jamais été mis au courant de son plan et ils n’ont jamais été consultés.
Ceci est l’opposé de ce qui s’est passé sur l’Ile du Prince-Édouard (IPÉ). Le ministre de l’Éducation pour l’IPÉ a lancé la même idée que M. Cardy propose. Il a été informé par les experts de la même chose que M. Cardy. Le ministre de l’IPÉ a décidé que ce n’était pas un bon plan et se concentre avec succès sur le recrutement et le maintien en place.
Lorsqu’un politicien refuse d’admettre qu’il a tort face aux preuves, un problème s’aggrave et devient bien pire.
Le ministre se dirige à pleine vitesse dans cette direction.