mercredi, décembre 1, 2021

Les paramédicaux dans les salles d’urgence – une solution potentielle des retards de déchargement

Un récent rapport de Brunswick News démontre comment les retards de déchargement des paramédicaux ont triplé en 2021 par rapport à l'année précédente.
Les retards de déchargement sont le temps requis d’un paramédical pour décharger un patient dans un hôpital. Il se trouve plusieurs facteurs créant ce problème, mais le surpeuplement dans les salles d’urgence, le manque de personnel dans les hôpitaux et le manque de lits disponibles sont tous des facteurs.
D’après le rapport, de janvier à novembre 2021, les retards de déchargement ont totalisé 16 031 heures comparées à 5 288 heures l’année précédente.
Ceci est un problème majeur pour notre système de soins provincial. Les paramédicaux mis en attente en raison des retards de déchargement signifient que ces paramédicaux ne sont pas de retour sur la route pour répondre aux appels d'urgence.
Le plan de santé provincial récemment annoncé n’adresse pas les retards de déchargement directement, ce qui est inquiétant.
Une solution potentielle est que la province embauche des professionnels qualifiés pour travailler dans les hôpitaux. Cette façon, au lieu d’avoir une ambulance hors service pour des heures dues au déchargement, le patient pourrait être transféré à une personne ayant le niveau de formation appropriée travaillant à l’hôpital, assurant la qualité de soins pour le patient en ayant l’ambulance sur la route pour accepter un autre appel.
Le plan de santé présenté par la ministre de la Santé Dorothy Shephard parle beaucoup de la technologie pour améliorer le système, ce qui aurait dû être fait depuis longtemps. Cependant, la ressource la plus précieuse dans les soins de santé est nos professionnels qualifiés.
La technologie ne nous mènera qu’à un certain point, des travailleurs de soins de santé supplémentaires sont la clé. Embaucher des personnes qualifiées et en avoir à travailler dans les hôpitaux aiderait à alléger le problème de déchargement.